Categories
Interviews

Dans l’antre de l’horreur : Naomi Grossman, une American Success Story

Aujourd’hui, je vous invite tous à un spectacle de monstres et ce n’est pas tout ! Vous avez remporté un ticket VIP (le ticket dont on rêve à chaque fois mais qui coûte beaucoup trop cher) qui vous donne accès à l’interview d’une icône de la série à succès “American Horror Story”, Naomi Grossman ! Naomi joue le rôle de Pepper, le personnage le plus aimé de la série. Derrière le masque de Pepper, Naomi est une actrice à succès qui a été nominée pour le LA Weekly Award du meilleur solo ET pour un Emmy Award ET elle a été pom-pom girl.

Avec votre billet VIP, vous aurez la chance d’en apprendre plus sur Naomi et même de jouer au jeu des noms avec elle ! Attention, c’est une très bonne joueuse.


Jean : Tout d’abord, il est important pour moi de te demander comment vas-tu avec toute cette situation de COVID-19 ? Ne penses-tu pas que c’est une bonne intrigue pour une saison de “AHS” ?

Naomi Grossman : Ugh. Je déteste ça ! En tant que super-affectueuse, extrêmement extravertie, avec un emploi du temps normalement très chargé, qui vit seule, ne cuisine pas, et qui est une accro aux journaux et est technophobe, élevée dans la Science Chrétienne, on peut dire que je corresponds au profil de quelqu’un particulièrement opposé à l’isolement et à la distanciation sociale.  Pour ce qui est d’être une bonne intrigue, NON ! Je me souviens avoir regardé le film “Contagion” il y a 10 ans et avoir pensé à quel point il était ennuyeux de passer deux heures entières à regarder des gens attraper un virus ! Une saison entière de cela ? Non, merci. On regarde la télévision pour s’évader. Si nous pouvions y échapper, nous le ferions !

 
J’ai fait quelques recherches et j’ai appris que tu as joué une pom-pom girl dans “Sabrina, l’apprentie sorcière” en 1998. Étais-tu toi-même une pom-pom girl lorsque tu étais étudiante ? Comment se sont déroulées tes années au lycée ? Y avait-il beaucoup de harcèlement à l’époque comme c’est malheureusement le cas aujourd’hui ?

J’étais pom-pom girl au lycée, oui. Mais seulement parce que j’étais une sur-performante et que je devais participer à toutes les activités extrascolaires ! En ce qui concerne l’intimidation, à l’époque, les étudiants en art comme moi n’étaient pas particulièrement pris à partie, bien que je me souvienne qu’un garçon s’est suicidé à l’école primaire à cause du harcèlement. Donc oui, c’était vraiment un problème.

 
En 2002, tu as joué dans une pièce intitulée “Girl in Argentine Landscape”, qui  t’a valu une nomination au LA Weekly Theatre Award pour la meilleure performance en solo. Les non-acteurs pensent souvent qu’il vaut mieux faire du cinéma et de la télévision, pour que plus de gens puissent vous voir. Mais la plupart des acteurs préfèrent faire du théâtre.  Pourquoi ?

Eh bien, le cinéma et la télévision n’étaient pas vraiment une option pour moi à l’époque. Ne vous méprenez pas, ce n’était pas un manque de désir ! C’est juste que je n’ai pas eu de casting ! Pas de manière traditionnelle. Pourtant, j’avais toujours cette envie et cette passion de jouer. J’ai donc trouvé des moyens de continuer à le faire, sur scène !              En général, pour qu’un film ou une émission de télévision obtienne le feu vert, il faut BEAUCOUP d’argent et que les gens soient d’accord. Un one-woman show nécessite… une femme ! Je me suis donc dit que c’était le moyen le moins cher et le plus facile de continuer à faire ce pour quoi je suis destinée.

Cela dit, je pense que beaucoup d’acteurs préfèrent le théâtre à cause du processus. Vous vivez l’arc du personnage tout au long d’une soirée ! Alors qu’au cinéma, on tourne parfois la dernière page le premier jour, la première page le dernier jour, et dans le cas de la télévision, on ne sait même pas comment ni quand l’histoire va se terminer !

 
Tu es surtout connue pour avoir joué le rôle de Pepper dans “American Horror Story”. Pepper est le 1er personnage à apparaître dans 2 saisons de la série. Pourquoi penses-tu que Ryan Murphy a choisi de ramener Pepper ?

Il n’y a aucun doute qu’elle était populaire. Les chaînes lisent les tweets, et regardent l’échelle de Nielsen. Ils seraient fous de ne pas faire attention à ce qui marche, et de donner au public plus de ce qu’il veut ! C’est pourquoi Norman Reedus ne sera jamais tué dans “The Walking Dead”. Cela dit, je ne regarde pas vraiment cette série, alors peut-être qu’il l’est ? Je dis juste que j’imagine qu’AMC a obtenu un excellent retour sur son investissement initial. En fin de compte, tout tourne autour de l’argent. 😉

 
Est-il plus difficile de communiquer les émotions et sentiments d’un personnage à l’aide du corps et des expressions faciales uniquement (puisque Pepper ne peut pas parler) ?

Certains diront que oui, certainement, mais c’est un de mes points forts ! Pour ma part, j’ai plus de mal avec une tonne de dialogues super-procéduraux à la Kerry Washington. Alors, tu vois, nous avons tous notre truc.

 
As-tu peur que le public se souvienne de toi uniquement pour ton rôle de Pepper ?

Bien sûr que non ! Pour ma part, être connu pour N’IMPORTE QUOI est une bénédiction. Nous ne décidons pas de ce qui reste, ni de la façon dont le public va réagir, favorablement ou non. Donc le fait qu’ils aient aimé tout ce que j’ai fait est formidable. J’espère qu’il y en aura d’autres, bien sûr, mais je ne contrôle pas cela non plus. Tout ce qui me préoccupe, c’est de faire un travail dont je suis fier. Le reste dépend du public et de l’univers !

 

J’ai lu un jour que les réalisateurs ont peur de choisir un acteur connu pour un rôle en particulier parce que le public verra toujours cet acteur comme le personnage pour lequel il est connu. (exemple : si je dis, Lisa Kudrow, nous pensons tous à Phoebe Buffay dans “Friends”.) Penses-tu que cela soit vrai ?

Peur ? Non. Je pense qu’il y a certains rôles qui collent à la peau de certains acteurs, comme Phoebe, c’est sûr. Je n’avais jamais entendu parler de Lisa Kudrow avant cela, bien qu’elle ait travaillé pendant des années au Groundlings, où j’ai également étudié et joué ! Je suis sûr qu’elle est reconnaissante, tout comme moi, d’avoir quitté Melrose Avenue ! N’importe quel réalisateur serait si chanceux (et certainement pas “effrayé”) de travailler avec elle, avec quelqu’un d’aussi talentueux qu’elle ! C’est à  nous les acteurs de transcender les rôles pour lesquels nous sommes les plus connus, et de prouver que nous avons plus qu’un seul personnage dans notre arsenal.  Bien sûr, certains acteurs ne peuvent pas… ou alors ils deviennent paresseux, ou encore ils font de la dactylographie, ou autre chose. Cela ne m’arrivera certainement pas. Nous n’avons pas vu un personnage comme Pepper depuis Schlitzie dans “Freaks”, en 1933. Et qui sait quand nous en verrons un autre ? Aujourd’hui j’incarne beaucoup de créatures mais chaque personnage que j’incarne est unique.

 
Comment gères-tu le stress d’avoir un travail, puis de ne plus en avoir, et d’attendre un autre rôle ?

C’est la vie d’un acteur ! Je ne connais pas d’autre moyen. J’aimerais qu’il y ait plus de stabilité et qu’il y ait toujours quelque chose qui m’attende dans les coulisses. Mais je n’attends pas un autre rôle. Je travaille toujours, je crée quelque chose, mais je ne suis pas toujours payée !

 
En 2018, tu as été nominée pour un Primetime Emmy Award pour ton rôle de Lorna dans “Ctrl Alt Delete”. C’est énorme ! Comment t’es-tu sentie ?

C’était incroyable. Encore une fois, je n’aurais jamais imaginé une telle chose. Je l’ai fait parce que je crois en son message, j’ai fait confiance aux personnes impliquées, j’ai apprécié le matériel, et j’ai espéré que cela se traduirait par quelque chose de plus… Mais un Emmy était la dernière chose à laquelle je pensais.

 

 

Que te réserve l’avenir ? Tu m’as dit que tu avais fait un film appelé “1BR” qui sortira plus tard ce mois-ci avec Giles Matthey, que j’ai également interviewé. De quoi s’agit-il ?

C’est l’histoire d’une jeune femme qui déménage à Hollywood, et qui s’installe dans une “communauté”. Au début, cela semble être une utopie parfaite, mais elle se rend vite compte qu’on lui a lavé le cerveau et qu’elle est piégée dans cette société effrayante comme un culte. Je pense que c’est une réalité pour tous ceux qui sont venus à Hollywood d’ailleurs (comme moi), et bien sûr, pour TOUS ceux qui sont bloqués par le coronavirus en ce moment. Sa sortie, le 24 avril, ne pourrait pas être plus opportune !

À part cela, Hollywood est fermé.  Donc, c’est impossible à dire… pour qui que ce soit ! J’ai un autre film, “Murder Rx” qui vient de sortir en numérique ce mois-ci également. Et je travaille sur mon troisième show en solo, que j’espère vendre à un service de streaming comme un show de comédie d’une durée d’une heure. C’est ce qui me tient occupée pendant cette quarantaine.

 

 

Jouons à un jeu : Le jeu des noms. Si je te dis Lana, qu’est-ce que tu dis ?

“Lana Lana Bo Bana, Banana Fana Fo Fana, Me my mo mana, Lana !”

 

 

N’hésitez pas à suivre Naomi sur les réseaux sociaux : @naomiwgrossman.

Elle a également un site web où vous pouvez en apprendre davantage sur elle : naomigrossman.net

Et une dernière chose très cool, un patreon où vous pouvez directement entrer en contact avec elle et obtenir quelques trucs comme des autographes, un appel sur skype, … C’est presque comme une convention 😉 Allez jeter un coup d’oeil par vous-même ici : patreon.com/naomigrossman
PS : gardez votre BILLET VIP, vous aurez bientôt accès à d’autres choses ! 😉

Jean Grenson

By jeangrenson

IG : @jeangrensoncca
YTB : JeanCCA

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s